Zoom sur l’exode urbain lié à la crise sanitaire

immobilier

La crise sanitaire a eu de lourdes conséquences sur la société. Elle a notamment beaucoup impacté le marché immobilier. En effet, nombreux sont ceux qui, à cause des confinements à répétition, ont voulu quitter la ville pour aller vivre à la campagne, ou du moins, loin des grandes métropoles. Et pour cause, cet exode urbain a été favorisé par la mise en place globale du télétravail obligatoire pour la plupart des travailleurs. Mais alors, comment cette quête de nature et d’espace s’est-elle traduite sur le territoire français ? C’est ce que nous allons voir dans cet article.

Un besoin vital d’espace

Les confinements à répétition ont largement impacté la santé mentale et physique des français, et même de tous les citoyens à travers le monde. Le fait de ne pouvoir sortir que dans un périmètre de maximum 1 km a été très compliqué à surmonter pour les habitants des grandes métropoles qui n’avaient autour de chez eux qu’un paysage urbain et bétonné.
Aussi, le fait d’opter pour un déménagement à la campagne loin des grandes villes a séduit de nombreux français.
D’autant plus que les loyers dans les grandes villes françaises sont très élevés et ne permettent pas de pouvoir bénéficier d’une maison ou d’un appartement spacieux. Au contraire la campagne présente beaucoup d’avantages puisque les prix de l’immobilier sont beaucoup plus bas. Evidemment, certaines régions sont plus populaires que d’autres, ainsi l’immobilier en Bretagne est très prisé.
Le fait d’opter pour la campagne ou les petites villes permet également de gagner du temps. Alors que travailler dans les grandes villes demande généralement beaucoup de temps de transport, la circulation à la campagne et dans les petites villes est beaucoup moins dense. En passant moins de temps dans les transports, on gagne du temps pour ses projets personnels, sa vie de famille…etc

La mise en place du télétravail, un accélérateur pour le marché immobilier

Le fait de devoir travailler en présentiel empêche les travailleurs d’habiter là où ils le désirent. Mais la crise sanitaire a totalement changé la façon dont les sociétés fonctionnent. En effet, beaucoup de postes ne nécessitent pas d’être présents sur son lieu de travail, un ordinateur avec des outils de communication suffit. Le gouvernement a donc décidé d’imposer aux entreprises le télétravail à tous les employés qui le pouvaient, durant les confinements successifs et au-delà même de ces derniers.
Ainsi, les entreprises privées et les établissements publics ont dû mettre en place des solution pour appliquer le télétravail. Grâce à Zoom et à toutes les autres plateformes vidéo professionnelles, les réunions et les conférences ont pu être réalisée en télétravail. Cela a pu prouver que le fait de travailler à distance est tout à fait possible, même dans le cadre des échanges entre collègue.
Le fait de pouvoir travailler en télétravail a donc permis au marché immobilier de valoriser certaines régions, pourtant abandonnées il y a quelques années. Ainsi le marché de l’immobilier à Avignon, par exemple s’est beaucoup développé.

L’émergence d’un nouveau marché immobilier

Cette crise sanitaire a donc eu un impact élevé sur le marché immobilier français. Les maisons de vacances sont devenues des maisons principales. Les lieux de vacances et les villes côtières bien desservies par le réseau ferroviaire sont devenus davantage populaires à tel point que le prix de l’immobilier à Toulon par exemple a largement augmenté depuis la crise sanitaire. Le marché immobilier actuel traduit donc d’un véritable exode urbain, l’un des premiers depuis longtemps.

Exode urbain et péri-urbanisation

Cependant, cet exode urbain reste à nuancer. En effet, même si de nombreux français ont opté pour la campagne, loin de la ville et des paysages bétonnés, la plupart a préféré rester en ville. En effet, l’exode rural s’est davantage transformé en péri-urbanisation. Les français ont préféré les petites et moyennes villes, plus tranquilles que les métropoles. La proximité avec la grande ville reste un premier choix pour les français. L’hypermodernité urbaine de la capitale et des grandes villes en général ne permet pas de satisfaire les besoins humains les plus fondamentaux. Mais la petite ville, proche des villages et de la nature, pas loin de la grande ville, séduit de plus en plus. Ainsi, l’immobilier reste donc très attractif en périphérie des grandes villes comme Paris, Bordeaux, Lyon etc.


La crise sanitaire a profondément changé le rapport des français avec le territoire. Il a impacté leurs habitudes de consommation, mais aussi de vie. Le grand air de la forêt, de la montagne ou encore de la mer séduit de plus en plus et impacte nécessairement le marché immobilier.

Top