Comment fonctionne le scanner de l’aéroport ?

aeroport

Les portiques de sécurité nouvelle génération sont des détecteurs à balayage corporel. Aussi appelés scanners corporels, ces dispositifs sophistiqués servent à contrôler que personne ne transporte d’article prohibé. Ils sont installés au niveau des zones de contrôle aéroportuaires afin de sécuriser l’accès aux avions. Découvrons comment fonctionne le scanner d’aéroport.

Le scanner corporel

En matière de détection d’articles interdits, il existe différents systèmes. Vous pouvez en prendre connaissance sur le catalogue de l’entreprise HTDS, Hi-TECH DETECTION SYSTEMS, spécialiste en la matière. La dernière innovation sur le plan de la sûreté aéroportuaire est le scanner corporel. Cet appareil est une alternative très efficace aux fouilles corporelles, permettant de détecter tout objet ou matière.

La technologie décèle avec une efficacité à toute épreuve les articles les mieux dissimulés, y compris sur la peau ou sous les vêtements. Il s’agit notamment de liquides, de matières explosives et d’armes en tous genres, métalliques, comme non métalliques. Le principe de fonctionnement du scanner d’aéroport s’appuie sur l’imagerie numérique, offrant au personnel de surveillance une image extrêmement nette.

Celle-ci détaille instantanément la surface corporelle des passagers, ce qui de plus fluidifie le trafic des voyageurs. L’on distingue deux types de scanners d’aéroport : d’une part, le scanner à ondes millimétriques et le scanner à rétrodiffusion de rayons X, d’autre part.

Le scanner à ondes millimétriques

Les ondes millimétriques sont d’usage courant dans les foyers, via les téléphones cellulaires, la box wifi ou les fours micro-ondes. Ces rayonnements non-ionisants sont similaires à ceux qui participent au fonctionnement de ce type de scanner corporel. Ils interagissent avec l’épiderme des personnes à une profondeur maximale de 1 mm. Ils ne sont pas suffisamment chargés en énergie pour traverser les tissus de la peau. Le scanner émet des radiofréquences dont une infime partie est absorbée par la surface de la peau. La plus grande partie est réfléchie jusqu’à des capteurs sensoriels pour présenter au contrôle une image en 3D.

Le scanner à rétrodiffusion de rayons X

En ce qui concerne, le scanner à rayons X, le principe de fonctionnement est le suivant : Les rayons X sont naturellement de faible puissance. C’est la rétrodiffusion du rayonnement par la peau qui est observée. Les responsables de la sûreté aéroportuaire ne voient pas les objets, mais ils décèlent une anomalie lorsque la peau est altérée. Ils procèdent alors à une fouille corporelle plus poussée. Le niveau d’irradiation est mille fois moindre qu’une radiographie médicale classique. Cela équivaut à l’irradiation naturelle d’un passager qui prend l’avion sur un laps de temps de dix minutes seulement.

Le fonctionnement du scanner d’aéroport

L’individu contrôlé se positionne en station debout dans un sas. Il y est invité à placer les pieds sur les marques indiquées et à lever les bras. Ensuite, deux antennes verticales positionnées à l’arrière et à l’avant se mettent en action pour scanner la personne. Elles émettent des impulsions d’ondes millimétriques ou des rayons X vers le voyageur. Le corps de ce dernier réfléchit les ondes ou les rayons en direction de l’antenne qui fait également office de récepteur. Un opérateur est installé dans une salle indépendante depuis laquelle il surveille son écran de contrôle. S’il décèle une anomalie sur la présentation de la silhouette 3D générée, il transmet l’information à l’agent chargé du portique. Le passager est alors soumis à une fouille approfondie de la zone considérée comme litigieuse.

Le tomographe d’aéroport

Comme pour les passagers, les bagages de soute sont aussi l’objet d’une inspection approfondie. Là encore, on fait appel à des équipements dotés d’une technologie de pointe en matière de détection d’objets. La procédure de contrôle dans les aéroports prévoit généralement plusieurs niveaux d’inspection. Le premier est un système de détection des explosifs qui fonctionne par rayonnement X. Au moindre doute, l’inspecteur utilise un autre scanner pour vérifier le colis suspect de manière plus approfondie. Il s’agit du tomographe pour aéroport qui permet d’affiner la visualisation. L’objectif premier de l’inspection des valises ou colis en soute est de protéger les vols aériens contre toute menace terroriste.

Un portique d’aéroport est un cadre équipé d’un dispositif de détection. Celui-ci peut être à ondes millimétriques ou à rayonnement X. Dans l’un ou l’autre des cas, le système offre une totale efficacité pour sécuriser l’entrée dans une zone d’embarquement aéroportuaire. Le scanner a la capacité de détecter toutes sortes de métaux, sans exception aucune. Il en est de même des liquides, comme des armes non métalliques. Sur les modèles à très haute sensibilité, il est même possible de différencier un bijou métallique d’un objet en métal prohibé. Cela évite l’émission de signaux d’alerte sans raison valable. Scanner les voyageurs, mais aussi scanner leurs bagages de cabine et de soute : le tomographe d’aéroport représente le summum de la technologie à cet effet.

Apprenez-en davantage sur les sciences et les technologies dans notre rubrique dédiée !

Top